Gbagbo, Moubarak, Assad, Kadhafi…

Posted in africa, Democracy, french post, international relations, off topic, safety policy, worth reading on Mai 2nd, 2011 by valerie

Du président de la république au Prisonnier

Même si l’immunité des dirigeants politiques n’est pas absolue, il est neánmoins difficile voire impossible de traîner un chef d’état en excercice en justice. Cependant une fois destitué, le chef d’Etat perd le privilège de l’immunité. Il en découle donc que, le grand cauchemare de la pluspart des chefs d’états des régimes encore plus ou moins dictateurs  ayant en plus  commis des crimes contre l’humanité,  réside moins dans la perte absolue de pouvoir en redevenant de simples citoyens que dans leur préocupation en ce qui concerne le sort  qui leur est reservé après. Même s’il est vrai que le pouvoir a parfois des effets semblables à ceux de la drogue qui rend dépendant.

Immunité de dirigeants politiques

Personne n’aimerait échanger  un palais présidentiel contre  une cellule de prison. Alors l’objectif des dirigeants en question devient donc celui de maximiser la durée de leur  pouvoir au détriment du propre peuple, afin d‘ échapper ainsi à la prison qui dans certains devient incontounable. Les cas récents de Laurent Gbagbo et son Ex-homologue Moubarak soulignent cet état de chose. Assad et Kadhafi semble-il n’échaperont pas eux non plus à ce sort.

Si par le passé c’etait monnaie courante pour les dirigeants déchus, de se faire des relations pendant l’excercice du pouvoir visant à prévenir la période d’après le pouvoir en ce qui concerne  l’asile, il faut dire que l’ère de la communication, de la mondialisation et de la mobilisation avec son facteur élevé de transparence a tout changé.

Il est ainsi devenu difficile aux dirigeants des pays surtout démocratiques d’offrir l’asile à des anciens dictateurs sans soulever l’opinion publique contre eux.

C’est donc ici que réside le mystère de l’obstination de certains Chefs d’état à user de tous les moyens pour  s’accrocher  au pouvoir.

Ne serait-il pas mieux pour la paix et le bien-être des populations de ces pays dirigés par des dictateurs de tenir ceci en compte lors des négociations afin d´éviter non seulement des bains de sang unutiles mais aussi et surtout  la destabilisation des Systèmes tout entiers?

Tags: , , , , , , , , , , , ,

Pauvreté et Santé s’excluent-ils?

Posted in africa, french post on Mai 26th, 2009 by valerie

Quelles sont les raisons qui poussent  les chefs d’États africains une fois malades à solliciter toujours les soins des Hopitaux Occidentaux. Tel est actuellement par exemple le cas du Président gabonais, Omar Bongo Odimba hospitalisé à Barcelone en Espagne.

Celà est-il dû au manque de confiance portée à la médécine sur place, malgré les grands progrès realisés ou alors, conscients eux-même de l’état lamentable de leurs différents systèmes de santé et par de la même des Hopitaux ils n’osent pas s’y aventurer?

quelque soit le cas  je suis curieuse de savoir la réponse qu’ils donneraient à un citoyen pauvre voire même moyen, sans le sou et sans jet privé pouvant lui faciliter l’accès vers les hopitaux occidentaux, pouvant ainsi jouir de même soins médicaux qu’eux. à quel saint devra-il se vouer?

Est-il de ce fait d’office condamné à mourrir?

Face à de situations pareilles, on se pose la question de savoir quel sont les charakteristiques et les obligations d’un Chef d‘ État? Car d’aucun semblent endosser cette appelation sans toutefois être conscient de tout ce que cette drenière implique.

Comment nos Chefs d’États définiraient-ils leur rôle?

Tags: , , , , ,